Jardinage

Meaning of baradari in horticulture

Meaning of baradari in horticulture



We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

In almost every state of India, you can find lots of world-famous gardens that are known for their natural beauty, a wide range of flora, architecture and structures related to the rich heritage of India. These gardens are visited by a large number of local and foreign tourists every day. Some gardens are so beautiful that they are visited by tourists from all parts of the world. We have shortlisted some of the famous gardens in India and described them below including their characteristics features, timings to visit and other important information.

Teneur:
  • The Mughal Charbagh : Paradise Gardens on Earth
  • Mughal Gardens in Kashmir
  • How to write baradari in urdu?
  • GARDEN OF KASHMIR
  • What is the meaning of urdu word baradari?
  • BS 6th Semester (Evening)
  • Shalimar Bagh, Srinagar
  • DEPARTMENT OF HORTICULTURE
  • Oh no, there's been an error
  • UNIT III – GARDEN DESIGN IN HISTORY
WATCH RELATED VIDEO: #HORT111 - Lecture 1 Horticulture- Definition, Branches, Importance and Scope

The Mughal Charbagh : Paradise Gardens on Earth

The sole responsibility for the content of each Tentative List lies with the State Party concerned. The publication of the Tentative Lists does not imply the expression of any opinion whatsoever of the World Heritage Committee or of the World Heritage Centre or of the Secretariat of UNESCO concerning the legal status of any country, territory, city or area or of its boundaries.

Nishat Bagh N34 07Before the advent of Islam, Kashmir was predominantly a Hindu region, the concept of pleasure gardens was not alien to it even during this period. Influenced by the concepts of vatikas or wooded pleasure gardens , of ancient India, a variety of such gardens were created in the Valley mostly in the form of orchards. These gardens were endowed with a variety of flowers, herbs and aromatic plants. Many ancient myths and plays revolve around events happening in these vatikas.

This was basically a grove of mulberry trees located near the present day Maisuma area and was laid out by a Hindu saint by the name of Maya Swami. The garden was later maintained by succeeding Muslim rulers and is said to have existed way down till the late 19th C.

Islam came to Kashmir in the 14th C. Some of the leading members of the new dynasty were immigrants from Persia or areas with heavy Persian influence. Thus along with language, dress, customs many types of arts and crafts linked to Persia also flourished in the region.

Among them one was also the art of gardening. During this period the most notable gardens are said to have been created by the legendary king Sultan Zain-ul-Abideen, endearingly titled Budsah Bod-Shah or the 'Great King'. From historical references it seems that these gardens followed a similar pattern of Persian Paradise gardens, with terraces arranged around a central water channel, lined with fountains and planted with a variety of flowers and trees that grew in abundance within the Valley.

By the time Kashmir passed into the hands of the Mughals in the 16th C. What perhaps the Mughals did later was to work on a refinement of the set pattern, and thus taking them to a new height.

Before the Mughals set foot in Kashmir in the 16th C. Kashmir had, however, always been a pre-occupying thought for the Mughal emperors. The sheer beauty of the place along with its potential to be exploited as their favourite hobby of laying out pleasure gardens may have fascinated them. Mughals attempted to annexe Kashmir even during Babur's lifetime. During Humayun's reign, the place was for ten years ruled by his uncle Mirza Muhammad Haider Dughlat, in the Emperor's name.

In A. D, Akbar waged a war against Yousuf Shah, a Chak ruler but was defeated. A treaty was nevertheless signed on Kashmir. Within a year it was broken and Akbar dispatched another army to Kashmir. After a stiff battle, the Emperor was victorious. From this time onwards, Kashmir was ruled by the Mughals as one of their provinces through their governors. Emperor Akbar paid three consecutive visits to Kashmir and with each one his love for the place grew more and henceforth Kashmir became the summer resort to successive Emperors: Akbar, Jahangir, Shah Jahan and Aurengzeb.

To Jahangir, Kashmir seemed a paradise of which 'priests had prophesied and poets sung' Gascoigne et.Pendant près d'un siècle et demi, ces quatre grands empereurs sont venus, de la lointaine Delhi et d'Agra, dans une progression majestueuse à travers le Pir Panjal, avec des suites scintillantes et un état splendide, avec des escortes et des audiences, des hommages et du travail, du glamour poussiéreux d'un Cour indienne à la fraîcheur et au calme d'un été cachemirien.

Jahangir passa quatorze étés dans la vallée du Cachemire, rentrant avec la floraison du lilas et de l'iris sauvage au printemps, et repartant vers les chaudes plaines de l'Inde lorsque les fleurs de safran avaient fleuri en automne.

Il mourut à Bahram-Galah, un petit village près de Poonch, presque à portée de vue de sa terre bien-aimée et préférée. La domination moghole au Cachemire n'a peut-être pas été politiquement impressionnable, mais on se souviendra toujours de l'héritage éternel qu'ils ont laissé derrière eux, y compris les jardins, les arts et l'artisanat.

Les célèbres jardins moghols du Cachemire doivent leur grandeur principalement à l'empereur Jahangir, qui avait un amour indéfectible pour le Cachemire, et à son fils Shah Jahan. Jahangir était responsable de la sélection minutieuse du site et de sa manœuvre pour répondre aux exigences des jardins paradisiaques traditionnels.

Bien que les Moghols ne se soient jamais écartés radicalement de la forme ou du concept original des jardins, leur plus grand défi au Cachemire était d'exploiter le site choisi et l'abondance des ressources en eau à son potentiel maximum.

Les sites sélectionnés étaient invariablement au pied d'une montagne, partout où il y avait une source d'eau sous forme de ruisseaux ou de sources. Cette caractéristique a finalement abouti à des aménagements de jardins en terrasses. Inébranlables par les défis offerts par le terrain montagneux, les compétences et l'esthétique de l'ingénierie moghole ont aidé à exploiter le paysage naturel dominant et les ressources en eau disponibles à leur potentiel maximum et ont atteint une hauteur de perfection inégalée.

En règle générale, dans les jardins d'agrément du Cachemire, le site du jardin se trouve à l'altitude inférieure d'une colline, entre la colline et le lac. Ce n'est pas un hasard si cet emplacement particulier est l'endroit idéal d'où se dévoilent des vues spectaculaires sur l'espace régional de la vallée : d'un côté la montagne à l'arrière, de l'autre, la vue sur le lac.

Vers le lac, le lien visuel entre jardin et vallée est marqué par l'écoulement de l'eau dans cette direction et la progression des terrasses vers le bas avec les grands chinars de chaque côté. Ceux-ci détournent le regard des détails du jardin vers le panorama étendu du lac et les collines au-delà. Le jardin célèbre la beauté de la vallée.

Il transcende ses limites physiques visibles et l'espace intérieur s'engage de façon spectaculaire dans le cadre plus vaste. Presque tous les jardins moghols populaires du Cachemire, à l'exception de Verinag, suivent un modèle similaire avec un canal d'eau central provenant de sources naturelles.

Ce canal qui formait l'axe visuel central du jardin était encore agrémenté d'allées de peupliers ou de chinars. Il y a un ou plusieurs baradaris ou pavillons avec un espace ouvert central «dalan» placé au-dessus de ces canaux d'eau. Ces canaux d'eau descendent en cascade d'une terrasse à l'autre sous la forme de chadars ou de chutes, où ils remplissent les plus grands réservoirs d'eau, hauz , de forme carrée et munis d'un réseau de fontaines.

Enfin, l'eau du canal central rejoint un plan d'eau, soit un ruisseau qui coule à proximité, comme dans le cas d'Achabal, soit un lac, comme dans le cas de Nishat Bagh et Shalimar Bagh. Aménagé au 17e siècle, le bagh ou jardin est situé directement le long de la rive est du lac Dal, au pied de la chaîne de montagnes Zabarwan. Le jardin s'étend sur une surface rectangulaire d'environ La qualité exceptionnelle de Nishat Bagh réside donc dans son cadre, l'aménagement complexe en terrasses, le jeu des cascades d'eau, les vues qu'il offre et son écologie.

Dans le sens de la longueur, le jardin se compose de douze terrasses, censées symboliser les douze signes du zodiaque. La largeur du jardin se compose de sept sections linéaires, qui composent trois sections principales ; une aile centrale avec les pièces d'eau principales et deux ailes latérales de pose inférieures.

Les terrasses du jardin s'élèvent non seulement du lac Dal sur le flanc de la montagne, sur toute la longueur du jardin, mais aussi sur sa largeur, des ailes latérales à l'axe central du canal. La manière géométrique sophistiquée par laquelle le concept et les terrasses de chahar bagh ont été adaptés aux contours du flanc de la montagne contribue à faire de Nishat Bagh l'une des plus belles représentations des aménagements de jardins chahar bagh traditionnels répandus dans le monde islamique.

L'emplacement du jardin le long de la rive du lac Dal est d'une importance capitale, avec la terrasse la plus basse directement reliée au lac et avec des vues historiques clés depuis les terrasses et les pavillons vers le lac.L'Oont Kadal, un pont historique situé dans le lac, fait partie intégrante de la composition, car les principales vues du jardin s'y alignent et continuent jusqu'au fort Hari Parbat, qui s'élève au-dessus de Srinagar de l'autre côté du lac. Les vues vers le vaste lac Dal depuis chacune de ses terrasses ascendantes sont larges et ininterrompues, présentant toute l'étendue du large lac Dal et de ses rives ouest.

L'approche historique de Nishat Bagh, venant du lac Dal et passant sous l'Oont Kadal sur un bateau, offre également des vues remarquables et révèle toute l'étendue des terrasses montantes et le paysage agricole historique plus large et la toile de fond des montagnes.

L'axe central avec les pièces d'eau contient les principales pièces d'eau ornementales et les pavillons. Les ailes latérales et les terrasses étaient principalement des plantations de vergers en terrasses avec des canaux d'irrigation, des promenades en terrasses et des avenues ombragées. La terrasse la plus élevée était la zenana ou la partie privée du jardin.

Nishat Bagh était un jardin plus privé que son proche voisin, le Shalimar Bagh, qui était également utilisé pour tenir Royal Durbars. Il ne nécessitait donc pas d'avoir autant de bâtiments associés que Shalimar Bagh. Pourtant, la magnificence du jardin est si puissante qu'elle bénéficie souvent de plus d'éloges que le Shalimar Bagh. Les principales structures architecturales historiques comprennent le canal d'eau, les cascades d'eau et les piscines, les fontaines, les murs de terrasse, les murs d'enceinte, les culées en pierre au bord du lac, les pavillons et les tours de guet burjis aux coins du mur de zenana. .

Les premières origines du jardin et du paysage culturel de Shalimar Bagh remontent au 6ème siècle. On pense qu'à Shalimar une villa a été construite par Pravarassena II à la fin du 6ème siècle, lorsque le jardin était un site sacré. Le petit village sur le site a conservé le nom de Shalimar, tandis que la villa et le jardin ont disparu.

Au 16ème siècle, un ancien roi musulman, Zain-ul-Abidin, aurait créé le canal et une digue vers Shalimar. La construction a été supervisée par le prince Khurram, le dernier Shah Jahan.

Comme le Nishat Bagh, ce jardin a également été développé selon le concept traditionnel de chahar bagh. Les travaux ont été réalisés par Zafar Khan, le gouverneur moghol du Cachemire et comprenaient la construction du pavillon de marbre noir dans le zenana.

La taille actuelle du jardin mesure environ x m et représente cinq terrasses principales qui composent deux chahar baghs et demi. L'ensemble du jardin royal était divisé en deux grandes parties selon l'exigence de la royauté. La partie inférieure, comprenant les trois premières terrasses, était le Diwan-i-Aam où l'empereur avait l'habitude de tenir une audience publique.

Les deux terrasses supérieures étaient exclusivement réservées à l'Empereur et à ses courtisans et s'appelaient donc à juste titre les Diwan-i-Khas. Ces deux parties étaient masquées au moyen d'un épais mur de maçonnerie ayant deux portes similaires de chaque côté du canal d'eau. Cette zone s'appelait aussi la zenana et, comme son nom l'indique, était une zone privée pour l'impératrice et ses dames. Shalimar Bagh est plus ostentatoire en termes de qualité architecturale par rapport à ses autres parallèles au Cachemire. Presque tous les bords de terrasse du Shalimar Bagh ont quelque chose d'intéressant à offrir sous la forme de pavillons, de piscines ou de cascades d'eau.

En fait, toute la texture du jardin est le résultat de la relation entre l'environnement bâti et paysager du jardin. L'échelle et les décorations des bâtiments, cependant, semblent avoir été intentionnellement minimisées par les Moghols pour éviter d'offrir une concurrence avec la beauté naturelle globale qui entoure le jardin.

Considérant qu'il n'y avait pas beaucoup d'activité de construction par les Moghols au Cachemire, par rapport au reste de l'Inde, ces structures offrent une occasion rare d'assister à l'architecture moghole dans cette région. Le Pavillon Rose est situé au-dessus du canal d'eau de la deuxième terrasse. Il s'agit d'un pavillon rectangulaire ouvert construit en briques badshahi traditionnelles. Les détails architecturaux significatifs du pavillon comprennent les plafonds en papier mâché, les colonnes sculptées, les consoles et les balustrades en pierre.

Le pavillon noir également un pavillon ouvert, de plan rectangulaire, est situé sur la quatrième terrasse de la zenana. Construit principalement en maçonnerie de briques, les murs du pavillon ont un parement en pierre, avec des niches en retrait et des peintures naqashi sur les murs. L'exécution exceptionnelle est montrée dans les découpages des colonnes et des parenthèses en pierre autour du pavillon. Le nom, Black Pavilion, est lié à la pierre utilisée pour les murs et les colonnes, qui apparaît très noire lorsqu'elle est polie.

Le jardin clos compte six échauguettes ; à chacun de ses quatre coins et aussi au milieu. Malgré le fait que le schéma de plantation moghol original s'est usé au fil des ans, le jardin est luxuriant avec des fleurs, du gazon bien tondu et quelques arbres fruitiers.La qualité exceptionnelle de Shalimar Bagh réside dans la synthèse de son paysage et de ses caractéristiques architecturales.


Jardins moghols au Cachemire

L'héritage architectural moghol en Inde n'a pas besoin d'introduction. Outre les forts, les tombes et les mosquées, ils ont également construit des jardins - qui ont changé pour toujours des endroits comme Delhi, Agra et Cachemire. Dans cet article, jetez un œil à certains des jardins moghols exquis - les jardins de Charbaghs - considérés comme une tranche de paradis sur terre! Au milieu du jardin se trouvait l'arbre de vie et l'arbre de la connaissance du bien et du mal. C'est un endroit où les ressorts éclatent de la terre, un endroit où il y a des bosquets ombragés, des arbres et des buissons, dont les fruits sont à portée de main et attendent juste d'être appréciés; Un endroit dont les canaux sont remplis d'eau, de vin, de lait et de miel, où l'ombre des hauts arbres promet un soulagement de la chaleur brûlante, et les mers de fleurs remplissent l'air de parfums enchanteurs. Ses successeurs ont poursuivi la tradition et l'Inde du XVIIe et du XVIIIe siècle a vu les gardiens moghols s'épanouir. Les arbres à fleurs, les arbres fruitiers et les ombragés étaient aménagés de manière appropriée, et le Charbagh répondait donc aux besoins esthétiques et pratiques.

Baradari de Sarai Banjaran, Sarai Banjaran, Punjab Bara en ourdou / hindi signifie douze ans et Dar est la porte. Gracieuseté: all-audio.pro).

Comment écrire Baradari en ourdou?

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Baradari, également Bara Dari, est un bâtiment ou un pavillon avec douze portes conçues pour permettre un débit d'air libre. La structure a trois portes de chaque côté de la structure en forme carrée. Qu'est-ce que Baradari dans le jardin moghol? Le bâtiment est considéré comme la plus ancienne structure moghole existante de Lahore, et est le seul jardin de la région de Shahdara Bagh de Lahore qui n'a pas été converti en monument funéraire. Lorsque le cours de la rivière a bougé, le jardin est devenu une île. Une passerelle survit et mène au tombeau de l'empereur Baradari. Un Baradari est un pavillon condamné. Un jardin moghol typique est de forme carrée ou rectangulaire.

Jardin du Cachemire

Directeur adjoint Horticulture à Moga Cell: Courriel: ADHMOGA80 GMAIL. État du Punjab: -Contact. Harmail Singh, directeur adjoint Horti. Karan Sagar, directrice adjointe Horticulture. Balwinderjit Kaur, agent de développement horticole.

La ville est parsemée de magnifiques structures. Tous ont été témoins de siècles de prospérité et d'événements qui ont façonné l'histoire indienne.

Quelle est la signification du mot ourdou Baradari?

Baradari, également Bara Dari, est un bâtiment ou un pavillon avec douze portes conçues pour permettre un débit d'air libre. La structure a trois portes de chaque côté de la structure en forme carrée. Comment puis-je écrire en ourdou? Il a été construit par Kamran Mirza, un fils du premier empereur moghol Babur, et un frère du deuxième empereur moghol Humayun. Les autres significations sont liaquat. Après la traduction de l'anglais à l'ourdou de liaqat, si vous avez des problèmes de prononciation, vous pouvez en entendre son audio dans le dictionnaire en ligne.

BS 6ème semestre (soirée)

Les architectes paysagistes traitent des zones extérieures, des monuments et des structures pour atteindre les résultats environnementaux, comportementaux sociaux ou esthétiques. Établi dans, basé à Delhi NCR et Mumbai, une entreprise qui pense que pour créer une conception persistante depuis longtemps, une collaboration avec d'autres professionnels et un cadre de durabilité économique, culturelle et environnementale est nécessaire. L'entreprise emploie un mélange de talents variant, qui comprend des architectes paysagistes, des concepteurs urbains, des architectes tous ronds, des horticulteurs et des ingénieurs. Le chevauchement d'une telle diversité se traduit par des solutions de conception intelligentes. Les projets conçus par eux résument parfaitement leur perspective, c'est-à-dire pour tisser la conception spécifique à l'emplacement dans les détails du site donné. Leurs projets tentent de présenter la structure urbaine indienne en ramassant des indices de l'architecture vernaculaire comme les étapes d'un ghat, d'un baradari, et de les incorporer avec des matériaux et une forme contemporains.

Lire la suite: Liste des instituts nationaux d'agriculture importants pour 24) Terrasses, bâtiment élevé, eau courante, baradari, mur de protection élevé sont la caractéristique.

Shalimar Bagh, Srinagar

L'État est appelé le grenier de l'Inde. Avec la réduction des bénéfices à l'ère de la révolution verte, l'État a récemment commencé à passer rapidement à son horticulture de segment de grande valeur avec 4. Le principal objectif de ce département est de fournir un savoir-faire technique pour l'augmentation du rendement ainsi que la production en zone limitée Disponible pour les produits horticoles, afin de sensibiliser les cultures horticoles de grande valeur chez les agriculteurs, en mettant principalement l'accent sur la diversification des cultures.

Département d'horticulture

Vidéo connexe: Qu'est-ce que l'horticulture? Que signifie l'horticulture? Horticulture Signification U0026 Explication

Les jardins Shalimar, le plus célèbre des jardins du Cachemire, est un jardin moghol situé à environ quinze kilomètres du centre de la ville de Srinagar.Les pelouses en porte verte, une incroyable variété de fleurs, d'arbres, de fontaines, de la vue sur les chaînes de montagnes enneigées, etc. font de ce jardin un endroit idéal pour les pique-niques et les excursions. Le mot «Shalimar» en sanskrit signifie demeure de l'amour. Dans, sous les ordres de Shah Jahan, fils de Jahangir, le gouverneur du Cachemire local, Zafar Khan, a étendu le jardin et il le nomme Faiz baksh le Bountiful. Et, au fil des ans, le jardin a été prolongé et amélioré par de nombreux dirigeants et appelé par différents noms.

Agriculture - 80 questions. Aptitude quantitative - 10 questions.

Oh non, il y a eu une erreur

Shalimar Bagh est un jardin moghol à Srinagar, lié par un canal au nord-est du lac Dal, sur sa rive droite située à la périphérie de la ville de Srinagar à Jammu-et-Cachemire, en Inde. Le Bagh est considéré comme le point culminant de l'horticulture moghole. C'est maintenant un parc public. L'empereur Jahangir a construit son célèbre Shalimar Bagh, son projet de rêve pour plaire à sa reine. C'est alors devenu un lieu de plaisir pour les gouverneurs de Pathan et sikhs qui ont suivi Zafar Khan. Pendant le règne de Maharaja Ranjit Singh, le pavillon de marbre était la maison d'hôtes pour les visiteurs européens. Pendant la période moghole en particulier, l'empereur Jahangir et son épouse Nur Jahan étaient tellement amoureux du Cachemire qu'en été, ils ont déménagé à Srinagar avec leur entourage de cour complet de Delhi au moins 13 fois.

Unité III - Conception de jardin dans l'histoire

Taille intégrée PX x x x note: 1 Le nombre de poteaux peut être augmenté ou diminué par le gouvernement. Voir le lecteur complet.


Voir la vidéo: LEARN NAMAZ with correct pronunciation آئیے نماز سیکھیں صحیح تلفظ کے ساتھ (Août 2022).